Charles Favet, créateur d’ex-libris

Accueil = Histoire locale = Fonds local = Charles Favet, créateur d’ex-libris

Par Caroline Maire | Le 1 septembre 2023 | Fonds local | Personnages troyens

Dessinateur et graveur sur bois, le Troyen Charles Favet reste aujourd’hui reconnu au plan international pour ses créations dans le domaine de l’ex-libris.

Etymologiquement (faisant partie) « des livres de », l’ex-libris est une vignette dessinée ou gravée, que les bibliophiles collent au dos de la couverture de leurs livres, et qui marquent leur propriété.

Les ex-libris constituent de précieuses marques de provenance pour les bibliothécaires et les chercheurs, puisqu’ils permettent d’établir l’histoire d’un livre ou la succession de ses propriétaires.

Apparu au 15e siècle puis décliné au fil du temps sous diverses formes (armoiries, initiales, mention manuscrite…), l’ex-libris se développe à partir du 19e siècle, en même temps que l’industrialisation de l’imprimerie et l’essor de la diffusion du livre.  

L’évolution des techniques permet de réaliser de véritables créations graphiques miniatures.  Le plus souvent figuratif, l’ex-libris s’apparente à de petites scènes qui font référence à la profession, l’origine ou les goûts de son propriétaire. Il porte par ailleurs son nom, parfois sa devise.

Il devient rapidement objet d’art et de collection et, dès la fin du 19e siècle, les vignettes (parfois arrachées ou découpées dans les livres) commencent à se vendre ou à s’échanger.

Né à Reims en 1899, Charles Favet s’établit à Troyes où il réalise de nombreuses gravures représentant les vieux quartiers, leurs ruelles, maisons à pan de bois et monuments, dont certains sont aujourd’hui disparus. Il est également sollicité pour l’illustration de diverses publications, affiches ou programmes de théâtre.

Il débute la création d’ex-libris dans les années 30. Sa technique artisanale de gravure sur bois de bout utilise la superposition de plusieurs bois encrés, afin d’obtenir des ex-libris en couleur. Son talent est rapidement reconnu, et des personnalités du monde entier font appel à lui pour la création de leur ex-libris personnalisé. Citons, parmi les plus connus, Edouard Herriot ou la Princesse Elisabeth d’Angleterre et le Duc d’Edimbourg. Et, sur le plan local, le photographe Gustave Lancelot, ou le couple Pierre et Denise Lévy, industriels et collectionneurs d’art.

Charles Favet laisse à la fin de sa vie plus de 500 ex-libris. La médiathèque conserve une partie de ses œuvres (gravures, affiches et ex-libris), don de M. Jean Darbot qui a par ailleurs rassemblé autour de ses créations une importante documentation.

Articles similaires

Un petit café ?

Un petit café ?

Il y a environ douze ans, qu'un manuscrit latin qui traitait du café me tombait entre les mains : je l'examinai, et je crus qu'il pouvait être utile au public, tant parce que personne dans ce royaume n'avait encore écrit sur cette matière, que parce que la boisson...

Lire la suite

2 Commentaires

  1. Daniel Chérouvrier

    Merci pour votre article et la reproduction de ces oeuvres.
    Charles Favet était lié avec un graveur américain Harold Carl Geyer 1905-2005 qui a édité des livres illustrés de gravures sur Troyes dans les décennies 1930 1940, notamment  » A long Way home » dans lequel Charles Favet et son épouse apparaissent plusieurs fois.

    Réponse
    • Caroline Maire

      Merci pour cette précision intéressante. Après vérification, nous conservons effectivement dans nos fonds plusieurs références relatives à ce graveur.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.